• Véronique Lanonne

POUR NOTRE BIEN

L’ère numérique s’installe facilement, après tout ce que nous avons vécu rien d’étonnant. C’est bien grâce à lui que nous avons gardé un lien en ces temps difficiles. Pour tromper la solitude, trahir les liens des sens qui nous unissaient. Nous rassembler devant une peur commune. Et l’amour dans tout ça ? L’amour on s’en fout. L’amour tue.


Depuis le miracle en fiole finalement rien n’a changé. Ah si, pardon. On peut sortir, se rassembler, fêter. Ah non, pardon. Fêter on ne peut pas. S’amuser encore moins. Chanter et danser demeurent interdit ici, sous peine de sanction. Mais on a sauvé les hôpitaux et les infirmières. Ah non, pardon. Ils crèvent aussi. La profession agonise et les semi-Dieux ferment des lits. On sauve son voisin, celui qu’on aime tant et qu’on a balancé en plein confinement parce qu’il invitait des amis. On sauve ses parents, ceux qui ne sont pas morts dans l’indifférence générale dans des mouroirs d’états. On ne propage plus. Ah non, pardon. On propage mais on n’en meurt plus. Enfin pas tous. Enfin, ça dépend. T’as eu la troisième toi ?


Vivement qu’elle s’installe pour de vrai l’ère numérique, qu’on en finisse avec tout ça. À distance tout est plus sécuritaire.



Véronique Lanonne @2021

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

MARIE

PATOU